Trek
comments 2

Céline, serial trekkeuse – Interview

Céline est ce qu’on pourrait une serial trekkeuse. Une accro à la randonnée et aux grands espaces. Seule puis entre amis et en famille, elle emmène maintenant son fils avec elle sur les sentiers du monde. Une femme qui a trouvé son équilibre global, un bel exemple à suivre !

Bonjour Céline ! Tu es connue sur la toile sous le nom de « Globetrekkeuse » par ton blog du même nom, peux-tu nous en dire un peu plus sur toi ?

Globetrekkeuse réunit mes 2 passions que sont le voyage et la randonnée.
Je voyage depuis toujours. Ayant quitté la France pour l’Afrique du Sud dès l’âge de 3 ans, le virus a trouvé en moi une cible parfaite. Ma jeunesse, parsemée de séjours aux quatre coins du monde, a façonné mon caractère : curieuse, aventureuse, enthousiasme et idéaliste.

Ajoutez à cela un grand besoin de liberté et une angoisse mal apprivoisée du temps qui passe, vous aurez une idée de qui je suis, toujours prête à parcourir le monde et aller au bout de mes rêves.

J’ai réalisé un «  Tour du Monde » de 9 mois en solitaire en 2011. Ingénieur de formation mais blogueur par passion, j’ai délaissé mes collègues de bureau en 2016 pour me consacrer à mes 2 nouvelles amours : mon fils et mon blog !

patagonie-torresdelpaine-globetrekkeuse_1t1f

.

Comment t’es venue ton addiction à la randonnée et aux treks ? Marcheuse depuis toute petite ou cela s’est déclenché sur le tard ?

J’ai toujours aimé crapahuter dans la nature, préférant explorer les forêts et construire des cabanes plutôt que de jouer à la poupée.
Cet enthousiasme s’est transformé, au fil des années et des randonnées, en véritable addiction !
Mes premières randonnées datent de l’enfance, en famille ou en colo. Mon premier trek (itinéraire de plusieurs jours en autonomie) est l’accomplissement d’un rêve : parcourir le mythique GR20 Corse. Chose faite en 2010 avec un ami… qui deviendra le père de mon fils 😉 .

Selon toi, pourquoi es-tu autant accro à la rando ? Qu’est-ce que la marche t’apporte ?

Une sensation de liberté et de bien-être.

J’ai souvent essayé de décrire ce sentiment à mes proches, sceptiques de l’intérêt qu’il y a à marcher des kilomètres en montagne par pur plaisir, de patienter des heures avant d’apercevoir un chamois ou une marmotte, de s’épuiser pour connaître l’ivresse du sommet, de supporter les insomnies pour admirer les étoiles… je suis accro à la randonnée pour les paysages qu’elle m’offre, pour la confiance qu’elle me procure, la fierté de pouvoir repousser mes limites, la liberté qu’elle m’accorde de continuer ou non en fonction de mes envies et mes aptitudes, le bonheur enfin de continuer à trouver le monde merveilleux.

Loin d’être une « randonneuse du dimanche », tu es une voyageuse. Comment organises-tu tes voyages ? Choisis-tu tes destinations en fonction des sentiers qu’elles peuvent offrir ?

La découverte de nouveaux sentiers et de nouveaux paysages naturels insolites est souvent le critère numéro 1 dans mon choix de destination. Il peut prendre la forme d’un voyage 100% trekking, tel qu’au Ladakh ou, plus proche de chez nous, sur le Tour des Dents du Midi, ou bien concilier randonnée et découverte d’un pays comme ça a été le cas cette année en Cappadoce.

Néanmoins, je ne me prive pas d’une petite escapade de temps en temps avec bébé trekkeur (encore trop petit pour suivre mon rythme sur les chemins 😉 ), en France ou dans une grande ville d’Europe.

Histoire de nous faire rêver un peu, peux-tu nous dire où ta passion pour la randonnée t’a emmenée dans le monde ?

Patagonie, Pérou, Chili, Ladakh, Turquie, Dolomites, Corse… et plus près de chez nous dans les Alpes françaises, suisses et italiennes.

trekking-ladakh-tsomoriri-globetrekkeuse_1t1f

randonnee-raquettes-globetrekkeuse_1t1f

.

En règle générale, tu marches plutôt seule ou avec ta famille/tes amis ?

J’ai longtemps marché seule, mais en 2011, je suis rentrée de mon tour du monde avec la certitude que «  le bonheur n’est vrai que s’il est partagé ».

Je randonne aujourd’hui la plupart du temps avec mon conjoint. Nous aimons nous retrouver tous les deux sur les chemins avec tente et réchaud, libre d’aller où bon nous semble.

Nous partons parfois avec des amis, mais jamais à plus de 6. Au-delà, l’inertie du groupe devient vite pesante !

A quel rythme marches-tu ? Comment t’entraînes-tu avant de partir en trek pour plusieurs jours ?

Difficile de parler de rythme, tout dépend de l’altitude et des conditions météo, mais globalement je suis un diesel ! Démarrage difficile et très lent, je ne trouve mon rythme de croisière qu’au bout d’1 ou 2 heures de marche… ensuite, plus moyen de m’arrêter !

Tu dois avoir de très nombreux beaux souvenirs de treks, peux-tu en partager quelques-uns avec nous ?

J’ai l’impression que chaque journée passée sur un itinéraire m’apporte son lot de bonheur. Mêmes les mésaventures deviennent merveilleuses avec le temps : c’est la magie des souvenirs !

L’atteinte d’un sommet est toujours un moment unique, rempli d’émotion et de bonheur, que ce soit le majestueux Kamayuri-La (5250 m) au cœur de l’Himalaya ou la plus timide Haute Cime (3257m) au-dessus du Lac Léman. Je savoure souvent la dernière étape, durant laquelle je profite des derniers pas, avec fierté et gratitude, avant que ces sentiments ne laissent place à la nostalgie.

Je pourrai également parler des anecdotes aux bivouacs, sous la tente, des rencontres amicales avec les autres randonneurs et les gardiens de refuges. Cette nuit, par exemple, que nous avons passée au refuge de Tighjetu, rescapés de la tempête (impossible de planter la tente) par le gardien Charlie, qui nous remettra d’aplomb à coup de bonne humeur et de liqueur de myrthe ! Du coup, protégée d’une cape improvisée en « sacs poubelle », la traversée le lendemain du Cirque de la Solitude sous la pluie m’apparaîtra presque comme une formalité…

.

En parlant d’anecdotes, il y a forcément eu des petits couacs. Tu nous racontes ?

Un itinéraire mal préparé, ça arrive même aux meilleurs 😉 et il nous est arrivé de nous perdre. Rien de bien inquiétant… sauf que ce jour-là dans le massif des Gastlosen (Suisse), nous avons tourné en rond pendant des heures sur des sentiers rendus glissants par la pluie, cherchant en vain des indications soit inexistantes soit recouvertes de boue et de neige, rattrapés par le brouillard, le froid et la nuit. Sans lampe frontale, tel des zombis dans le crépuscule, nous sommes malgré tout arrivés au refuge mais après 12 heures de marche au lieu de 4 !

J’ai également été victime d’un herpès géant au cou, d’un talon soudainement récalcitrant à l’effort, de vomissements, m’obligeant à tester à plusieurs reprises les médecines et presbytères locaux… finalement, je pense qu’une bonne étoile veille sur moi.

Si tu n’avais qu’un seul conseil pratique à donner à propos de la randonnée, lequel serait-il ?

Marcher le cœur et le sac à dos légers ! Quelles que soient les les conditions climatiques et la durée de l’itinéraire, mon sac-à-dos ne pèse jamais plus de 10 kg (eau et matériel photos compris).

Cela permet de se fatiguer moins vite, mais également de pouvoir faire face plus facilement aux imprévus tels que traversée de rivières, escalade ou petite course… Si cela vous semble impossible, allez faire un tour sur ma check-list!


Enregistrer
Envie d’en savoir plus ? C’est par ici : Globetrekkeuse.com !

Filed under: Trek

by

mm

Co-fondatrice du webzine et amoureuse depuis toujours de la nature, elle a vécu un coup de foudre en rencontrant l'Auvergne. Si elle a vécu quelques temps près de ces vieux volcans, elle choisit maintenant ses escapades européennes en fonction du dénivelé que la région offre, histoire de faire travailler ses mollets. Avant toute l'aventure Un Trek Une Fille, c'est sur son blog La Boucle Voyageuse que l'envie de partager ses voyages a commencé.

2 Comments

  1. Merci pour cet interview, je lis surtout globetrekkeuse et un peu un trek une fille tout en étant une randonneuse du dimanche et en rêvant d’un vrai trek. Un jour, je vais me lancer !

    • Tiphanya, c’est quand tu veux pour une petite découverte de la Chartreuse en mode randonnée, aire de jeu idéale pour les randonneuses du dimanche aspirant à un peu plus…
      See you !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *