Activités, Vélo
Leave a comment

Chronique Vélo #1: Bonne route!

« Les gens qui n’aiment pas le vélo nous ennuient, même quand ils n’en parlent pas ». Ce n’est pas moi mais Michel Audiard qui eut ces mots impertinents. Pourtant, loin de moi l’envie de le contredire. C’est d’ailleurs ce même vélo qui s’incruste chez « Un trek Une fille », pour vous donner des envies d’escapades … à roulettes.

Mais pourquoi troquer sa paire de guiboles bien affutée contre un vélo surchargé ?

Déjà parce que changer, ça fait du bien. Troquez pour un weekend vos bâtons de rando contre un vélo bien résistant ! Vous verrez : c’est nouveau, excitant, aventureux. Et puis, il y a tant de manières d’explorer la vie : à la verticale, à l’horizontale, sur les eaux, sur un vélo, sur ces deux jambes … Toutes ces expériences entraînent un nouveau rapport au monde. On aborde alors l’inconnu, par ses rives, ses arêtes ou ses petites routes délaissées ; Au choix. Je vous propose moi de tester le biclou, et j’en fais le pari, vous ne le regarderez plus du même œil.

Car pédaler pour voyager c’est rouler autrement ; sur le long cours, en étapes, pour se déplacer et visiter en même temps, pour rencontrer une région, un pays, par ses axes oubliés. Chose merveilleuse lorsqu’on se balade à bicyclette – le nez au vent et les sacoches pleines – les habitants vous regardent, vous sentent curieux et vous accueillent sans ambages. Vous avez fait l’effort de la rencontre et vous en êtes récompensés par tous ces sourires offerts.

Le printemps est désormais bien là, fleuri, ensoleillé, et quoi de plus enivrant que d’aller battre le goudron, librement, avec son vélo, ses potos, et d’aller là où le vent vous porte ? Vous ne soupçonnez pas les innombrables routes qui sillonnent la France et qui sont laissées vides pour que vous veniez y faire gambader vos deux-roues. Ces itinéraires sinueux, historiques, et aux panoramas splendides, sont bien souvent sacrifiés aux autoroutes. Tandis que les voitures filent bien droit sur ces axes sans surprises, vous découvrirez en 1000 détours villages endormis, forêts, rivières, cols … Et chaque seconde vous sera nouvelle.

Attention, pédaler pour voyager ce n’est sûrement pas choisir la facilité. Il faut avoir le goût de l’effort et de l’aventure, comme pour le trek et la randonnée. Il faut aspirer à cette satisfaction totale que seule vous donnera sueur et beauté mélangées. Mais quel bonheur l’on éprouve à traverser la campagne de village en village, à s’arrêter ici ou là, boire une limonade en terrasse avant de reprendre pour quelques kilomètres plus loin, installer son bivouac ou rejoindre son gîte. Quelle joie de filer à toute allure une fois la pente avalée, de boire à la fontaine pour étancher une soif terrible, d’être toute entière dans chaque instant.

Si vous avez l’eau à la bouche, ne manquez pas ma prochaine chronique : une proposition d’itinéraire pour un weekend à vélo. Bonne route !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *