Rando'

Le Mont Blanc d’il y a 25 ans – Interview

Il y a 25 ans, Sylvie partait gravir le Mont-Blanc, touchant de près le rêve de tout alpiniste. Elle nous raconte le Mont-Blanc de cette époque, et les contrastes avec l’actuelle.

.

Bonjour Sylvie, bienvenue dans Un trek Une fille ! Pour commencer, peux-tu nous en dire plus sur tes débuts en randonnée et en trek ? Comment t’y es tu mise ?

À mon arrivée en Haute-Savoie, j’avais 17 ans je faisais de la musique avec des copains, ils faisaient beaucoup de randonnée, de sorties en montagne. C’est eux qui m’y ont initiée. On a commencé principalement avec le ski de rando, et de fil en aiguille, nous sommes sortis toutes les semaines en montagne… C’est comme cela que ça a commencé !

Quand et comment as tu fais ta première randonnée sur le Mont Blanc ? Dans quelles conditions as tu entamé son ascension ?

Je n’ai fait l’ascension du mont Blanc qu’une seule fois. C’était au mois d’octobre, entre copains. On avait programmé ça ensemble. À l’époque j’avais 31 ans. On s’est beaucoup entraîné pour le faire, puis quelques temps avant cette rando, j’ai appris que j’étais enceinte. Quand j’ai fait le Mt Blanc j’étais donc enceinte de 2 mois. Je m’étais renseignée pour être sûre que cela ne pose aucun problème, et j’ai pu le faire avec le consentement du corps médical. L’ascension du Mont-Blanc se fait sur 2 jours de rando. Le point de départ : le téléphérique de l’aiguille du midi, qu’il a fallu prendre pour débuter notre rando. Nous avons planté notre tente aux pieds de l’aiguille du midi sous les Cosmiques. À l’époque il n’y avait pas le refuge qui existe aujourd’hui… Maintenant, c’est interdit.

.

mt-blanc-itw4mt-blanc-itw7mt-blanc-itw8

Comment aviez-vous imaginé cette randonnée et avez vous pu faire tout ce que vous désiriez ?

Au départ, on devait faire ce que l’on appelle Les 3 Mont-Blanc, qui intègre : le Tacul, le Maudit et le Mont Blanc. Cette voie n’est pas la plus empruntée en été, les gens privilégient généralement celle qui passe par le Goûter. On s’est donc levés à 1h du matin, et on a commencé notre marche à 3h : il fallait arriver au sommet du Mont Blanc pour 11 heures maximum. Passée cette heure, le risque de chutes de pierres est très élevé en raison de la chaleur. Nous avons passé le Tacul, le Maudit mais malheureusement le brouillard s’est épaissi sur le Maudit et le Mt Blanc, nous bouchant toute visibilité. Une heure et demie avant d’arriver au sommet du Mont-Blanc, nous avons été obligés de faire demi-tour.

Le Mont-Blanc : les débats sur l’accompagnement sont toujours au coeur de l’actualité. Selon toi, faut il le faire accompagnée ou non ?

Quand nous l’avons entamé, nous avions non seulement l’équipement, mais aussi l’entrainement que requiert ce type d’ascension. Dans notre groupe, on était avec des gens qui connaissaient la montagne et pointus sur la technique : des personnes aguerries. Nous connaissions bien la Haute-Montagne et nous pouvions totalement nous gérer en autonomie même si on était tombés dans une crevasse ! Le problème d’aujourd’hui, c’est que les gens pensent qu’ils vont s’en sortir à partir des cartes, mais il faut connaître vraiment l’environnement de la montagne et le faire avec des gens qui connaissent. L’équipement ne fait pas tout.

.

mt-blanc-itw2

Comment t’es-tu entrainée pour gravir le Mont Blanc ?

C’était un grand projet faire le Mont Blanc. Une fois programmé, on s’est beaucoup entraîné sur des massifs suisses ou français, autour de chez nous comme le Grand Paradis, les 4000 du valais, le Mont Buet, qu’on appelle Le Mont Blanc des Dames…. Au total, on a fait plus de 15 randonnées dont 8 glaciers pour se préparer au Mont Blanc.

Quel est l’effet ressenti lorsque l’on gravit un tel Mont ?

Quand on fait de la Montagne, le Mont Blanc a quelque chose de mythique. C’est un sommet que l’on a envie de gravir, au moins une fois, tenter l’expérience. Et lorsqu’on aime la montagne, la nature, c’est majestueux, grandiose : c’est une aventure qu’il faut vivre au moins une fois.

.

mt-blanc-itw6mt-blanc-itw

Quel est le souvenir le plus marquant de ce trek ?

Le fait de l’avoir fait entre amis dans un environnement et une ambiance hors du commun. Marcher la nuit à la frontale, c’est une atmosphère, que l’on ne retrouve pas ailleurs, dans d’autres circonstances. Ça a quelque chose de magique car on a la montagne pour soi, on apperçoit les lumières de la ville en contre-bas… On atteint une autre dimension. Évidemment, le deuxième souvenir le plus marquant c’est le regret de ne pas avoir atteint notre objectif… On avait tout fait pour réussir notre ascension mais la météo ne pardonne pas.

Si tu devais refaire cette ascension aujourd’hui, que ferais-tu différemment ?

Le matériel a bien évolué aujourd’hui, je voyagerais peut-être avec du meilleur équipement : un matériel plus performant. Malgré nos bons équipements, nous avons tous eu froid à la redescente. Mais dans ma préparation ou l’organisation de cette ascension, je ne changerais rien.

Comment as tu ressenti le degré de difficulté de l’ascension du Mont Blanc ?

Je n’ai pas ressenti de difficulté particulière parce que j’étais bien entraînée. On sortait tous les week-ends pour atteindre cet objectif.

Quels sont les indispensables dans son sac pour partir sur ce type de randonnée ?

Du matériel chaud, des classiques, des équipements de glaciers : piolets, cordes, crampons,… et tout le matériel traditionnel de glacier, comme un baudrier et bien sûr à boire (penser à toujours prendre un thermos) et à manger !

Quel conseil pourrais tu donner aux personnes qui ont envie de se lancer dans l’ascension du Mont Blanc ?

Mon conseil serait de s’entraîner correctement avant de gravir un tel Mont. Mieux vaut partir entraîné pour plus se faire plaisir. Ça ne sert a rien d’y aller pour en baver et ne pas profiter de cet instant. Avant de partir, toujours penser à bien vérifier son équipement et la météo.

.

mt-blanc-itw5

.

Note :  Aujourd’hui le Tacul est beaucoup plus difficile à gravir, les crevasses sont aussi plus nombreuses. Le Maudit se présente sous la forme d’une grande pente il faut donc être très prudent. L’ascension du Mont Blanc se pratique aussi par la voie du Goûter : l’itinéraire le plus populaire.

*Les photos de cet article ont été prises lors d’un survol en ULM au dessus de la chaîne du Mont Blanc.

mm

About

Passionnée par la photographie et les grands espaces, j'ai rejoint la rédaction d'Un Trek Une Fille en tant que contributrice ! Road tripeuse dans l'âme, j'adore les activités au grand air et me ressourcer entre 2 voyages dans mes montagnes hauts-savoyardes !

0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *