Rando'

Randonnée au pied d’Uluru

Uluru est LA formation rocheuse emblématique de l’Australie. Tout comme un iceberg, seule est visible une toute petite partie du bloc rocheux. Enfin petite, cela reste relatif quand on sait le mastodonte est tout de même haut de 348 mètres et s’étend sur 3,6 kilomètres. D’une beauté brute et changeante, Uluru est un endroit envoûtant. Ne passez pas à côté!

🌿

Découvert par les occidentaux en 1873 et nommé Ayers Rock en hommage au secrétaire en chef de l’Australie du Sud, Sir Henry Ayers, Uluru ne retrouve officiellement son nom aborigène qu’à partir de 1993.

Colons, autorités australiennes et touristes ont contribué à rendre le site célèbre au delà des frontières du pays. Avec les Kata Tjuta (ou monts Olgas), son pendant féminin situé à quelques kilomètres, il est ainsi classé au patrimoine mondial de l’Unesco.

Autour d’Uluru : « Base walk »

La balade « Base walk » d’environ 10km permet de faire le tour complet. Quelle meilleure façon pour se rendre compte de son impressionnante taille?

Imposante, cette formation rocheuse change de couleur au gré du soleil. Je vous conseille de commencer la balade très tôt juste avant le lever du soleil. Rien de tel pour profiter de la lumière et des jeux de couleur sur la roche. De l’orange vif au rouge ocre, toute la palette joue rien que pour vos yeux. Eblouis, laissez vous aller à la magie du lieu. Laissez vous portez par le mysticisme et les traditions aborigènes.

.

Loin d’être un simple rocher tout lisse et uniforme, Uluru renferme de nombreux secrets. Tout au long du sentier, on admire trous d’eau, cascades, peintures rupestres. Il s’agit bien plus qu’un simple rocher rouge au milieu du désert.

Faire le tour d’Uluru, c’est aussi découvrir une partie de son mystère et de sa signification pour le peuple aborigène local, les Anangu. Quelques panneaux nous dévoilent une partie des mythes et légendes aborigènes. A chaque creux, strie ou partie du rocher correspond une histoire. Nous découvrons notamment l’histoire de la création avec l’homme serpent Liru et la femme python Kuniya. Néanmoins, il faut savoir que la plupart de ces récits ne sont pas divulgués et restent la propriété et le secret du peuple aborigène.

.

Grimper ou ne pas grimper, telle est la question?

Oui je m’emballe mais comment ne pas l’être quand on profite de cet endroit magique? Et la question se pose à tout touriste : grimper ou ne pas grimper en haut du monolithe? A chacun de décider selon ses envies et convictions.

Nous avons décidé de ne pas le faire par respect pour les croyances des aborigènes qui considèrent ce lieu comme sacré. En effet, le chemin qui mène au sommet traverse une piste sacrée traditionnelle.

Lorsque nous sommes passés au départ de la montée, celle-ci était fermée. Un touriste étant coincé dans les crevasses au sommet, les secouristes étaient à l’oeuvre. De plus, quand on voit la grimpette qui attend ceux qui se lancent à l’assaut et le peu de sécurité qu’il y a, on se dit que finalement, on profite tout aussi bien du lieu vu d’en bas. Certes, la vue doit être à couper le souffle, mais pas de regret.

Normalement, il devrait bientôt être interdit de l’escalader, question de sécurité et de moins en moins de visiteurs grimpent. Une quarantaine de personne a déjà perdu la vie à vouloir admirer la vue depuis le sommet. Et lors des négociations qui ont abouti à l’ouverture de l’escalade, il a été convenu qu’en dessous d’un certain nombre de touristes grimpeurs, les aborigènes pourraient demander la fermeture de cette partie de la balade.

.

Plusieurs sentiers sont aménagés autour d’Uluru

En plus de la randonnée « Base walk », vous avez la possibilité de profiter du lieu via d’autres balades beaucoup plus courtes :

  • La Mala walk : 2km
  • La Kuniya walk : 1km A/R
  • La lungkata walk : 4km A/R
  • La Liru walk : environ 4km A/R du centre culturel à la base d’Uluru

A vous de choisir en fonction du temps dont vous disposez et du moment de la journée. Les sentiers ne sont pas compliqués et ne demandent pas un expertise poussée. Cependant, pour la Base walk, évitez de partir en claquette; au bout de 10 km même sur du plat, les pieds chauffent!

 

Alors, tentées les filles?

6 Comments

  1. Une seule envie…. y aller !

  2. C’est la première fois que je vois des photos de près d’Uluru, c’est superbe!! Merci beaucoup pour cet article très intéressant!!

  3. Merci pour cette jolie promenade. Sèche mais Impresionnante

  4. Oh oui ! J’ai tellement été tentée, que je l’ai également faite cette randonnée !
    Merci pour ce récit, qui me rappelle plein de souvenirs !

  5. Sublime !! L’Australie un grand rêve ! 🙂

  6. Pingback: Randonnée colorée au Freycinet National Park - Un trek Une fille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *