Inspiration & Découvertes

Rencontrer les grands animaux sauvages de l’ouest canadien

Les randonnées et treks sont idéaux pour observer la faune et la flore en montagne. L’ouest canadien où je vis actuellement est riche en parcs et régions protégées grâce aux paysages fabuleux des montagnes et des côtes et îles du Pacifique. Ces lieux sont aussi le paradis d’une faune sauvage impressionnante que nous connaissons peu en Europe.

.

Mes randonnées canadiennes et road trips en 2016 m’ont permis d’observer et photographier un certain nombres d’animaux de plus près que je ne l’aurai imaginé. Habituée à voir des chamois ou bouquetins à la jumelle dans les Alpes françaises, la proximité de la faune canadienne m’a surprise dès mes premières balades en montagne. De la Colombie Britannique à l’Alberta je suis allée de rencontres en rencontres toujours aussi émerveillée à chaque fois.

Les parcs provinciaux et nationaux étant pléthores dans ces régions canadiennes, je me suis vite mise en quête d’aventures et de chemins de traverses. J’étais venue équipée… Oui mais… pas équipée pour croiser ours, orignaux, cerfs, aigles royaux et autres joyeuseries. J’ai lu (et relu) les instructions de sécurité et conseils pour tous les animaux que j’étais susceptible de croiser. J’ai petit à petit eu une relation à cette faune qui se traduit par la fameuse expression « fuis moi je te suis, suis moi je te fuis ». Oui car je rêvais de rencontrer un ours, un wapiti et son faon ou encore apercevoir un aigle, mais j’avais tout de même un peu peur. Ces animaux sont des prédateurs et/ou présentent un potentiel danger pour les êtres humains. Dans les lieux protégés nous nous devions de nous faire petits, discrets et ne pas laisser de traces car le territoire est en premier lieu celui de ces animaux. Mais on espère les voir parce qu’ils sont ne sont pas si communs. Ils sont à eux seuls des symboles du Canada et d’une nature encore préservée, très boisée et presque inaccessible où ils peuvent vivre en toute liberté. Les montagnes européennes étant très peuplées j’avais toujours l’impression de devoir faire beaucoup d’efforts pour apercevoir une biche en randonnée. Ici c’est différent : j’ai bien plus de chance de tomber nez à nez avec un ours noir ou un cerf qui ne partirait pas en courant. Cela peut s’avérer magique et dangereux à la fois. Le parfait cocktail qui me donne envie de m’enfoncer dans les bois !

Qui ai-je rencontré sur les chemins et routes de l’ouest canadien ?

J’ai réussi pour mon plus grand bonheur à apercevoir deux ours, en bordure de route au printemps. Ils mangeaient tranquillement des pissenlits et autres herbes en guise de repas (d’entrée ?). Le premier fut un jeune ours noir à Wells Gray Provincial Park, et le second fut un autre (gros) ours noir encore, mais à Jasper National Park, en début de soirée au bord d’une petite route. Notez que j’étais bien en sécurité pour m’émerveiller : dans un véhicule à moteur !! Ces ours étaient tellement tranquilles avec leur air débonnaire et leur démarche lente ! J’ai été scotchée par le fait qu’ils aient à peine réagit en nous voyant arriver.

observer-les-animaux_canada_1trek1fille-8 observer-les-animaux_canada_1trek1fille-12

J’ai aussi vu un certain nombre de wapitis, cerfs et biches, en petits troupeaux ou seuls. En chemin, en voiture au lever et au coucher du soleil le plus souvent. Ils ont toujours l’air majestueux. Peut-être à cause de leurs cornes et de leur démarche… Ils ne fuient pas les objectifs des caméras et appareils photos sauf si on les surprend. J’ai tout de même fait attention à ne pas m’approcher des plus jeunes pour ne pas énerver les plus vieux et je suis restée à une certaine distance. S’ils se sentent danger ils peuvent charger et croyez-moi ce n’est pas drôle !

observer-les-animaux_canada_1trek1fille-11

Un jeune wapiti à Jasper

observer-les-animaux_canada_1trek1fille-13

Le plus beau wapiti du monde qui ne voulait pas me regarder

observer-les-animaux_canada_1trek1fille-4

Le wapiti au museau boudeur en bord de route

observer-les-animaux_canada_1trek1fille-2

Un cerf un peu timide au milieu des hautes herbes

Proches des parois rocheuses où les pentes sont abruptes, ce sont les mouflons qui occupent les lieux. Ils se baladent un peu partout et n’ont pas peur de traverser la route.

observer-les-animaux_canada_1trek1fille-5

Un bébé mouflon pas farouche

observer-les-animaux_canada_1trek1fille-6

Un mouflon au milieu de la route, normal, on est au Canada !

Plus rares encore : les loups. Je ne les ai pas vus mais entendus proche du village de Jasper de bon matin à Pyramide Lake. Ce fut intense et pendant une vingtaine de minutes il m’a semblé que le temps s’était arrêté …

Enfin, j’ai aperçu des aigles royaux venus en masse du côté de Squamish, un village proche de Vancouver où ils forment des colonies à certaines périodes de l’année.

.

Comment ai-je pu observer la faune sauvage canadienne ?

La route 99 de Colombie Britannique de Vancouver à Lillooet puis la route 1 jusque Kamloops, et enfin la route 5 entre Kamloops et Jasper, sur sa portion au « petit format ». Elles traversent de magnifiques parcs provinciaux propices à la rencontre animalière. Ces routes furent les premières liaisons est-ouest du Canada, mais puisqu’une nouvelle grande « presqu’autoroute » (ils disent Highway ici) a été créée un peu plus loin, elles sont peu fréquentées. C’est idéal.

observer-les-animaux_canada_1trek1fille-16

L’un des plus beaux itinéraires de Colombie-Britannique entre Vancouver et Jasper

En Alberta du côté de Jasper National Park l’ancienne route, la 93A, puis la 1A du côté de Banff National Park sont elles aussi parfaites pour ce genre de rencontres. Petites, peu empruntées, en forêt, il suffit de prendre son temps et rouler doucement, les animaux ne sont pas rares.

observer-les-animaux_canada_1trek1fille-15

La route 93A proche de Jasper

observer-les-animaux_canada_1trek1fille-14

La route 1A entre Lake Louise et Banff

En chemin : presque n’importe où en forêt mais la plupart du temps il y a des panneaux indiquant la présence de certains animaux et les précautions à prendre.

Une seule chose me fait peur : le camping sauvage. Je ne sais pas si je passerai le pas …

Mes projets animaliers pour 2017 ?

Repartir en rando et rencontrer d’autres animaux, notamment des orignaux, mais aussi partir en mer du côté de l’île de Vancouver pour apercevoir des baleines et des orques.

Améliorer mon cadrage et ma précision pour mes photos. Cela reste un challenge pour moi.

Quelques liens et infos utiles sur le web

Voici une lecture que je conseille pour tout randonneur potentiel au Canada sur le site de Parcs Canada vis à vis de des ours  : Les ours et la sécurité.

On peut aussi suivre 2 fils Twitter intéressants à propos des parcs nationaux canadiens :

  • @Parcssecuritemt diffusant les dernières nouvelles et instructions de sécurité à propos dans les parcs.
  • @ParcsCanada pour les informations générales et actualités des parcs.

Enfin, voici comment reconnaitre les différents cervidés nord américains :

observer-les-animaux_canada_1trek1fille-3

.

Et belle nouvelle : cette année on célèbre les 150 ans du Canada. Les parc nationaux seront gratuits. Vous pouvez déjà commander votre pass sur le site web de Parcs Canada ! Belle année 2017 à tous !

Perrine

About

Petite marcheuse, je suis tombée dans la rando et les sports "nature" très jeune puisque j'ai grandi à Grenoble dans les Alpes. Mes voyages en Europe, mais surtout en Nouvelle-Zélande et au Canada me ramènent souvent sur des petits chemins de traverses dont j'aime partager les secrets.

0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *