Trek
Leave a comment

The Great Walks: ces treks mythiques de Nouvelle-Zélande

Poser le pied sur un volcan, rencontrer des phoques en kayak, évoluer dans une forêt primaire digne d’un conte de fées, telles sont les plus belles expériences possibles en Aotearoa, appelée communément Nouvelle-Zélande. Le pays au long nuage blanc offre une nature époustouflante et 9 itinéraires de randonnée ont été élus « Great Walks ». Je dois avouer qu’ayant passé un an en PVT en là-bas, j’ai eu le souffle coupé plus d’une fois !

Ainsi, ces 9 chemins mythiques situés dans les parcs nationaux offrent parmi les plus beaux paysages de Nouvelle-Zélande. Ils sont balisés et entretenus par le DOC (Department Of Conservation). Chaque itinéraire s’effectue sur plusieurs jours; il faut donc prévoir son équipement et ses vivres. On peut loger en camping ou dans des refuges (hutts) bien entretenus par des rangers adorables, très présents en été, distillant de bons conseils.  J’ai réussi à explorer certains de ces sentiers de traverse et j’ai rencontré des voyageurs les ayant parcouru.

Entre rivières, lacs et forêts luxuriantes

Lake Waikaremoana dans Te Urewa National Park, Heaphy Track entre Golden Bay et la la côte ouest du sud, ainsi que le Rakiura Track sur Steward Island sont des treks au cœur de la flore luxuriante de Nouvelle-Zélande. Ils sont exceptionnels botaniquement parlant et permettent de rencontrer une faune unique tel l’escargot carnivore sur Heaphy Track ou parfois des manchots (!), voire des kiwis sur Rakiura Track. Par ailleurs 3 de mes amis se sont aventuré au Lake Waikaremoana et m’ont parlé d’arbres dignes de contes de fées, de brumes matinales mystérieuses et d’oiseaux intrigants.

Pour ma part j’ai tenté The Whanganui Journey. C’est LE trek sur l’eau des Great Walks. Whanganui est en fait une belle rivière que j’ai descendue en canoé avec une amie. Nous avons vogué au gré des plages, des rochers, des mini-cascades et des rapides durant 3 jours. Nous avions loué un canoé avec des barils pour ranger nos vivres et sacs de couchage. Ce fut l’expérience de la légèreté : pas de sac à dos 😉 Au programme beaucoup d’humidité, des feux dans les cheminées des hutts, un spectacle junglesque permanent, et un gros PLOUF dans une eau à 10°C ! Nous avons vécu hors du temps au rythme du soleil sans montres et téléphones. Nous sommes parties à l’aventure depuis Ohakune, petit village entre 2 parcs nationaux, où nous avons loué notre équipement : canoë, barils, gilets de sauvetage et petite radio émettrice.

.
Indications: il faut prévoir de quoi se protéger contre l’humidité ainsi que son transport pour le retour sauf pour Rakiura qui fait une boucle.
°°° Lake Waikaremoana : brochure informative °°°
°°° Heaphy Track : brochure informative °°°
°°° Rakiura Track : brochure informative °°°
°°° The Whanganui journey : brochure informative °°°

.

Whanganui

Whanganui

Whanganui

.

Montagnes et fjords

Le Routeburn Track, célèbrissime, à cheval sur les parcs nationaux de Mt Aspiring et du Fjordland, relie la vallée de Queenstown, aux fjords majestueux de l’ouest. En 2 jours les paysages varient énormément et sont définitivement montagnards. Avec mon amie de voyage nous avons été randonné au Key Summit, fin (ou début c’est selon) du trek. Nous sommes montées  assez haut pour apercevoir le côté des Alpes et celui des fjords. Se retrouver entre 2 massifs, sur un sommet battu par les vents était une sensation très grisante. L’alternative à ce trek est le Kepler Track côté Fjordland. Ce sentier a été créé de toute pièce pour désengorger littéralement le Routeburn track très (trop ?) fréquenté. L’histoire manque peut-être de glamour mais ce sentier entre les lacs de Te Anau et Manapouri vaut le détour car il emmène ceux qui s’y aventurent sur des crêtes très hautes avec une vue sublime. Cette randonnée ne manque pas de dénivelés mais les paysages récompensent les efforts 😉 Uniquement côté Fjordland, Milford Track relie en 4 jours Milford Sound, le fjord le plus célèbre de Nouvelle-Zélande, à Te Anau,  petite bourgade du coin. Ici on marche dans des vallées glaciaires, des forêts uniques avec leurs fougères de légende, on observe cascades de rêve ou autres secrets des fjords. Nous avons fait quelques bouts de chemin dans la vallée principale du Fjordland sillonnée par la route avec des paysages similaires très imposants.

.
Indications : climat montagnard et dénivelées garantis ! Encore une fois le transport est à prévoir sauf pour Kepler qui fait une boucle. Dans cette région de l’île du sud le stop est très souvent un bon moyen de se déplacer.
°°° Routeburn Track : brochure informative °°°
°°° Kepler Track : brochure informative °°°
°°° Milford Track : brochure informative °°°

.

Key Summit Routeburn

Fjordland

Fjordland

.

Au cœur des volcans

The Tongariro Northern Circuit se faufile entre les volcans, terre sacrée maorie, sauvée par la création du parc national. On chemine dans des paysages lunaires, des forêts denses et on rencontre des lacs d’émeraude. C’est spectaculaire ! J’ai marché sur un bout du chemin le temps d’une journée. Ce fut une belle randonnée avec la fabuleuse découverte des lacs d’émeraude, après une montée très raide dans une terre sablonneuse. En fin de parcourt les pentes fumantes des volcans nous ont rappelé qu’ils sont bien actifs. Impressionnant !

.
Indications : attention ! Terrain volcanique exposé, changements climatiques extrêmes possibles et peu de points de ravitaillement pour l’eau.
°°° Tongariro Northern Circuit : brochure informative °°°

.

Tongariro

Tongariro

A la mer

Abel Tasman Coast Track où le trek… à la plage ! Dans le parc national du même nom, ce sentier côtier nous emmène dans des lieux paradisiaques. Nous sommes parties expérimenter la combinaison kayak-de-mer-rando-camping avec une amie. Étant inexpérimentée en rando-camping cette aventure s’est révélée épique mais inoubliable ! Nous avons passé un beau moment en kayak : observation des phoques et découverte d’un îlot digne de Robinson Crusoé. De retour sur la terre ferme nous avons troqué notre kayak contre nos sac-à-dos. Ce trek n’est pas des plus difficiles, et en bas de chaque descente (ou au début de chaque côte, c’est selon héhé) il y a une possibilité de pause-plage-détente digne du paradis.
Petits imprévus : les marées ! Elles ont rallongé notre 1er jour de 1h30, mais raccourci notre 2ème jour de quelques heures ! Et puisque parc national signifie aussi tourisme en Nouvelle-Zélande, nous nous sommes fait plaisir le dernier matin en allant prendre un café dans un éco-lodge avec nos compagnons de trek. Pour le retour un water-taxi est venu nous chercher … et nous avons eu la chance de voir des dauphins !

.
Indications : prévoir son water-taxi ou un transport terrestre pour le retour et faire attention aux marées. Les loueurs de canoé/kayak se chargent eux-même de ramener les sacs de rando au point où on laisse sa p’tite barque, bien pratique.
°°° Abel Tasman coast Track : brochure informative °°°

.

Abel Tasman

Abel Tasman

Abel Tasman

.

Puisque ces sentiers de traverses sont célèbres et très fréquentés il vaut mieux réserver en avance en haute saison. Cela se fait via le DOC (Department Of Conservation) dans l’un de ses nombreux points accueil ou dans les offices de tourisme locaux. Expérience magnifique garantie, alors êtes-vous tentés ?

Filed under: Trek

by

Perrine

Petite marcheuse, je suis tombée dans la rando et les sports "nature" très jeune puisque j'ai grandi à Grenoble dans les Alpes. Mes voyages en Europe, mais surtout en Nouvelle-Zélande et au Canada me ramènent souvent sur des petits chemins de traverses dont j'aime partager les secrets.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *